Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Derniers sujets
» Présentation
Mar 28 Juil - 11:52 par HOUDETODJI Kodjo

» Phytotechnie (cours)
Mer 1 Juil - 4:25 par Lucien Bacikuderhe

» nouveau membre
Jeu 30 Avr - 3:11 par serge tomazok

» Gérer la fertilité du sol
Ven 13 Fév - 4:16 par armandkouadio

» Michel Thomas : méthode audio anglais
Mar 30 Déc - 2:55 par ddjam

» Nouveau venu
Dim 19 Oct - 9:22 par mosalsa

» Un nouveau membre
Lun 26 Mai - 1:53 par Koussirga

» bonjour de Bretagne
Dim 27 Avr - 2:52 par AGRONOMédia

» présentation
Dim 27 Avr - 2:50 par AGRONOMédia

Statistiques
Nous avons 1077 membres enregistrés
L'utilisateur enregistré le plus récent est APPULEDEMADAURE

Nos membres ont posté un total de 333 messages dans 162 sujets
Qui est en ligne ?
Il y a en tout 1 utilisateur en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 1 Invité

Aucun

[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 37 le Jeu 27 Juil - 18:16
Marque-page social

Marque-page social Digg  Marque-page social Delicious  Marque-page social Reddit  Marque-page social Stumbleupon  Marque-page social Slashdot  Marque-page social Yahoo  Marque-page social Google  Marque-page social Blinklist  Marque-page social Blogmarks  Marque-page social Technorati  

Conservez et partagez l'adresse de AGRONOMédia sur votre site de social bookmarking

Conservez et partagez l'adresse de AGRONOMédia sur votre site de social bookmarking


Travail du sol

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Travail du sol

Message par AGRONOMédia le Dim 8 Aoû - 13:31

Parmi l'ensemble des techniques culturales, le travail du sol occupe une place particulière, en raison de l'importance de son effet sur l'état de la parcelle cultivée ; la préparation du sol affecte en effet l'ensemble des composantes physique, chimique et biologique de l'état des sols cultivés. Les décisions concernant le choix des dates d'intervention, celui des outils ou de leurs règles d'emploi ont donc une importance considérable dans le raisonnement de l'ensemble de l'itinéraire technique et donc pour la conception de systèmes de culture durables.

Le travail du sol modifie la structure des sols cultivés. Il affecte donc indirectement le fonctionnement du peuplement végétal et la plupart des processus physiques, chimiques et biologiques qui se déroulent dans le sol (cycle des éléments minéraux et du carbone, devenir des résidus de culture, transferts d'eau et des substances qui y sont dissoutes). Mais, au rôle indirect du travail du sol sur les processus bio-physiques via les modifications de la structure qu'il induit, s'ajoute un rôle direct sur les autres composantes de l'état de la parcelle cultivée : la localisation de la matière organique, celle de certains agents pathogènes (spores, mycéliums), celle des éléments minéraux et du carbone ou encore des graines d'adventices dépendent pour une large part du mode de travail du sol. En particulier, le labour, par l'importance du volume de terre concerné et par l'inversion des horizons qu'il entraîne, est la technique dont l'impact sur ces composantes est le plus important.

Fondamentalement, la préparation du sol d'une parcelle consiste à réaliser une ou plusieurs opérations culturales choisies dans un ensemble de techniques classées, par ordre de profondeur décroissant, en trois catégories : sous-solage, travail profond et travail superficiel. Ces opérations ne sont toutefois pas toutes indispensables. Ainsi par exemple, le sous-solage n'est pas pratiqué tous les ans, le labour est dans certains cas éliminé temporairement ou définitivement (Techniques culturales simplifiées (TCS) ou techniques sans labour - TSL) et l'on peut, à l'extrême, implanter une culture sans aucune préparation du sol (semis direct). Les décisions quant à l'opportunité de telle ou telle opération, le choix des dates d'intervention ou des outils à utiliser, dépendent d'une série de facteurs dont les principaux sont :

*la nature et à l'état physique du sol à préparer (texture, humidité, perméabilité, degré de tassement,.),
*la nature et à la quantité de matières à enfouir (amendements, engrais, résidus de la culture précédente, adventices,
*les risques associés au climat à venir (risque de sécheresse, de pluie battante, probabilité de gel.),
*les exigences propres de la culture à implanter (taille de la semence, sensibilité des racines à la structure du sol,.),
*les risques phytosanitaires liés à la présence de résidus rémanents ou d'agents pathogènes liés au sol ou aux résidus de la culture précédente.
Les opérations de sous-solage ont pour but de régénérer la structure des horizons de sol situés sous le fond de labour, qui ne sont pas tous les ans fragmentés par les outils de préparation du sol. Réalisées en général avec un outil à dents droites (sous-soleuse) lorsque les circonstances l'exigent (présence effective d'un obstacle en profondeur). Ces opérations poursuivent deux buts essentiels : améliorer la croissance en profondeur des racines et favoriser le drainage de l'eau en excès. Ce terme est parfois employé pour décompactage, mais il est préférable de réserver ce mot aux opérations de travail profond qui ne concernent que la couche de sol située au-dessus du fond de labour.

Les travaux profonds affectent l'ensemble de la couche travaillée sur une épaisseur de quelques dizaines de centimètres. Les objectifs sont multiples : destruction des adventices et des repousses, enfouissement des résidus, des amendements, des engrais de fond ou des résidus de produits phytosanitaires qui pourraient présenter un danger pour la culture suivante (phytotoxicité), amélioration de l'état structural de l'horizon travaillé lorsque celui-ci a été tassé lors de la culture précédente. Le labour avec une charrue à versoirs reste l'opération de travail profond emblématique, caractérisée par un retournement complet de l'horizon travaillé, mais on peut également réaliser un travail profond en utilisant une charrue à disques, dont l'action de retournement est moindre, un outil animé (machine à bêcher ou cultivateur rotatif lourd) ou un outil à dents qui ne retourne pas le sol (décompactage à l'aide d'un cultivateur lourd, d'un décompacteur à dents droites ou obliques). La charrue présente cependant sur ces outils l'avantage d'améliorer les conditions de circulation de l'eau en excès.

Lors des opérations de travail superficiel, la profondeur d'action des pièces travaillantes est de l'ordre de la dizaine de centimètres. En travaillant la couche superficielle du sol on cherche à détruire les adventices et les repousses (déchaumage, binage), et à favoriser l'humification des matières organiques (déchaumage), à faciliter l'action d'enfouissement de la charrue (déchaumage). Elles ont également pour fonction de niveler le sol et de créer un état physique du lit de semences favorable à la germination et à la levée des cultures (préparation du lit de semences, roulage). Ces opérations s'avèrent également nécessaires pour diluer d'éventuels résidus ou enfouir superficiellement les engrais phosphoriques et potassiques (préparation du lit de semences, déchaumage).
avatar
AGRONOMédia
Admin

Messages : 193
Date d'inscription : 11/07/2010
Age : 28
Localisation : Jijel

Voir le profil de l'utilisateur http://agronomedia.bb-fr.com

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum